Municipalité de Saint-Pamphile
À surveiller      Contactez-nous      Accueil  

   
 
 Conseil municipal
 
 Logo
 
 Nos Fleurons
 
 Notre histoire
 
 Offre d'emploi
 
 Parc Industriel
 
 Règlements
 
 Rôle d'évaluation et matrice graphique
 
 Vie économique
 
 Visite virtuelle
Notre histoire
 

Notre histoire

C'est en 1859 que Saint-Pamphile vit arriver son premier colon, M. Frédéric Vaillancourt. Celui-ci possédait déjà une bonne terre à Saint-Aubert; mais se trouvant dans l'impossibilité d'établir tous ses enfants dans cette même paroisse, il prit le parti de pousser une pointe de forêt, à l'endroit même où le gouvernement faisait ouvrir un chemin de colonisation qui devait porter le nom de route Elgin.

Le bruit s'était répandu dans les paroisses environnantes que les terrains échelonnés le long de la route Elgin étaient de bonne qualité. Dès 1860, d'autres familles vinrent s'installer sur les lots boisés qu'elles ne tardèrent pas à transformer en culture. Le nombre des colons s'accrut sensiblement avec l'arrivée de nouvelles familles. Ces nombreux déménagements ont fait grimper la population de Saint Pamphile à 1 250 en 1900.

C'est en 1880, que débute la construction de l'église qui fut restaurée en 1919 pour y ajouter des galeries.

Ce n'est qu'à partir de 1890 que les médecins pratiquent et résident dans la paroisse.

Le Centre communautaire Noël-Anctil, actuellement utilisé par la Maison de la Famille, Hop! La Vie, l'ABC des Hauts Plateaux et le Centre d'aide de recherche d'emploi Montmagny-L'Islet, a vu le jour en 1907 en tant que couvent.

Saint-Pamphile a donné naissance à deux autres paroisses. En 1898, Saint-Adalbert voyait le jour. En 1938, Saint-Omer était formé à même le territoire et la population de Saint-Pamphile.

En 1936 les citoyens de la route Elgin et du rang Double bénéficient de l'électricité. Sept ans plus tard, le village se munit d'un réseau d'aqueduc amélioré, qui assure aux citoyens du village, une meilleure protection contre les incendies.

La construction de la salle paroissiale en 1942 est une réalisation de Joseph Alexandre, curé de Saint-Pamphile. Son objectif est de ressusciter, dans son architecture, le Manoir Philippe-Aubert-de-Gaspé de St-Jean-Port-Joli, détruit par les flammes en 1909. Au début, cette salle abritait une salle d'amusement, un restaurant, une salle de théâtre, une école de garçons et le logis du professeur. À l'extérieur, était aménagé un vaste terrain utilisé en été pour le tennis et le croquet, et transformé en hiver en une magnifique patinoire. En 1966, cette salle devient la salle municipale. Aujourd'hui, elle abrite les bureaux de Ville de Saint-Pamphile ainsi que la bibliothèque municipale Marie-Louise-Gagnon. Le Club de l'Âge d'Or est locataire de la salle municipale,  la construction de celle-ci a coûté autrefois 45 000$.

Pour répondre aux besoins des colons, les premières scieries ouvrent entre 1870 et 1880. Au fur et à mesure que la demande du bois de construction croît, au milieu des années 30, les moulins se multiplient, s'agrandissent et se modernisent. Ce n'est qu'en 1950 que les deux plus gros employeurs de la région apparaissent comme on les connaît aujourd'hui. Au début des années 50, on assiste à la fondation des Industries Maibec. En 1969, on lui donne cette appellation née de la contraction de Maine et Québec. En avril 1958, Matériaux Blanchet Inc. commence ses opérations. En contrepoids à l'industrie forestière, le textile fait son apparition en 1954; Industrie Troie Inc. confectionne des vêtements. En 1968, cette entreprise se spécialise dans la production de jeans pour de grandes marques connues. Malheureusement, cette entreprise a fermé ses portes en novembre 2004. Le dynamisme des gens d'ici fait en sorte que plusieurs entreprises ont vu le jour durant les dernières années. Les compagnies suivantes sont venues s'implanter dans le Parc industriel : Bois Cargault Inc., Bois de Foyer I.G.L. Inc., François Dupont Inc., Industries Maibec, Textiles Gauvin Inc., Trans Ray Gauvin Inc. et Transport St-Pamphile Inc.

 


Ce coin de rue a bien changé depuis!
 
M. Jean B. Bois montait le ciment avec une brouette. Il servait trois maçons à tour de rôle. Il avait 56 ans au moment de la construction. La journée commençait à 7hr et se terminait à 6hr, 6 jours par semaine.


Le début du chantier, remarquez le « mixer » à ciment à l'arrière-plan.
 
Voyez le trottoir de bois qui servait de rampe pour monter le mortier aux maçons.


Les échafauds du temps étaient rudimentaires.
 


 
Frédéric Vaillancourt et son épouse née Éliza Chouinard


Tel qu'il existait à St-Jean-Port-Joli, le Manoir Philippe Aubert de Gaspé construit tout en bois, il a été complètement détruit par un incendie, il y a plus d'un siècle.
  



 
 

Plan du site    Liens    Confidentialité    Crédits   Pour information, contactez-nous au (418) 356-5501
Dernière mise à jour : Mercredi 30 juillet 2014   © Tous droits réservés Municipalité de Saint-Pamphile - 2006 - 2014